Les temps forts
Kim'ha Depis'ha - Faites un don
Vendez votre 'Hamets
Le plateau du seder

Chers Amis,

Comme toujours en ce moment de l’année, notre esprit est très occupé par les préparatifs, notamment l’élimination du Hamets et l’organisation des Sédarims. Cela est sans doute très important, mais cela peut parfois nous éloigner d’autres dimensions également essentielles.

Pessah est une fête complexe, et ce serait dommage de ne pas approfondir le sens en nous contentant de bien nettoyer la maison, de bien faire attention à se pencher du bon côté pour boire un des quatre verres de vin ou encore couvrir ou découvrir les Matsots quand il le faut.

Si on finit la fête comme on l’a commencée cela aurait été un simulacre de commémoration.

Quand nous parlons de Pessah, nous parlons de la sortie d’Egypte. Mais ceci n’est qu’une partie de la fête.

La Torah et la Haggada nous parle de la sortie de Mitzraïm.

Mitzraïm signifie « étroitesses », au pluriel.

La Haggada ne raconte pas simplement le passé de notre peuple, elle ne prend de sens que si chacun de nous sent qu’il est sorti de Mitzraïm. D’ailleurs dans la Haggada il est dit : « A chaque génération, l’homme est tenu de se considérer comme s’il était sorti d’Egypte » (de Mitzraïm !!!).

80% des hébreux n’ont pas voulu suivre Moché, bien qu’esclaves ils ont accepté leur situation en se réfugiant dans leur zone de confort.

Au fait, nous, l’aurions-nous suivi ?

Un gars qui nous demande de sacrifier le dieu de nos tortionnaires au vu de tout le monde ? (l’agneau)

Un gars qui nous demande de rentrer dans les maisons de nos maîtres pour prendre tous les objets de valeur ?

Un gars qui nous parle de « liberté » alors que depuis des générations nous sommes esclaves ?

Un gars, sans armée, qui dit pouvoir nous sauver rien qu’en parlant à Pharaon ?

Ils avaient raison de ne pas le suivre !!!

Sauf s’il s’agissait effectivement de sortir de « les étroitesses » qui faisaient le siège de nos esprits.

En détruisant une à une les couches d’obscurité, on pouvait entrevoir la lueur d’une liberté de penser, d’agir.

Finalement les 20% y ont cru, même si c’est en gonflant le pauvre Moché pendant 40 ans.

Grâce à eux nous sommes devenus un peuple qui grâce à un projet de vie (la Torah) n’est pas tombé de charybde en scylla (rassurez-vous je ne savais pas l’écrire). Il aurait été si facile par réaction à l’esclavage de devenir soi-même despote et tyran.

Nous sommes sortis d’Egypte, mais l’Egypte est-elle sortie de nous ?

Chaque année nous devons sortir de notre Egypte car nous continuons à être les esclaves de tant de choses.

Parmi ces nouveaux maîtres, il faut faire le ménage et bien différencier ce qui est bon pour nous et ce qui est néfaste.

Ce serait utopique que de croire que nous sommes totalement libres, il faut choisir ses maîtres !!!

Et dans cet esprit, après avoir traqué la moindre miette de Hamets, d’avoir rigoureusement suivi le protocole du Seder et raconté à nos enfants comme il nous l’est recommandé, nous ressortirons de notre Mitzraïm l’esprit plus ouvert pour recevoir dans quelques temps la Torah.

QUE NOUS TOUS PUISSIONS AVOIR LE MÉRITE D’ALLER AU-DELÀ DE LA MIETTE.

Pessa’h Cacher vé Samé’ah

Dr Alain BSIRI

Thème : Overlay par Kaira. ©Beth Loubavitch Marseille - All Right Reserved
65, rue Alphonse Daudet – 13013 Marseille